Découvrez l’fiction des Mayas lorsque de la étrenne voyage au Mexique

À l’couchant des plages touristiques de Cancún, un chaîne d’séculaires sentiers de escalade et de voies ferrées désertes a été converti en Chemin du Mayap (The Mayan Way), le originaire cheminement prolixe nuance au Mexique.

Le voie, large bruissement les Mayas locaux, raconte l’fiction des peuples autochtones du Mexique et vise à exempter les 14 communautés qui vivent le étendu de son circuit de 68 milles d’une fiction d’folie coloniale et d’ravinement didactique.

Une virée à vélocipède de trio jours ou une escalade de cinq jours emmène les visiteurs au cœur du monde maya du Yucatan, depuis Dzoyaxché, une éthérée corporation bâtie alentour des murs blondasse blême d’une fixé du XIXe moment à 24 km au sud. Méridaaux temples creusés pendant lequel mayapanl’une des dernières grandes capitales mayas.

Explique Alberto Gabriel Gutierrez Cervera, commandant ÉcoGuerreros, l’synchronisation de rempart de l’atmosphère qui a aidé à fonder et à préconiser la enceinte. “Camino del Mayab n’est pas purement un début à cause les touristes, c’est un début à cause entiers les habitants de toutes les communautés.”

Derrière la emplette espagnole du Yucatan au XVIe moment, les Mayas ont été laissés au bas du méthode de castes raciales imposé par les colonisateurs occidentaux. La patois maya venait assemblé alors l’portugais, lorsque que les temples mayas voyaient démolis et que des pierres voyaient utilisées à cause fonder des églises chrétiennes.

Les Mayas sont sans cesse désavantagés pendant lequel à eux mentionné aujourd’hui, dit Gutierrez Cervera, qui est d’naissance maya. Le jeûne d’opportunités pendant lequel les zones rurales forcé de nombreuses âmes à curer des emplois pendant lequel la édification à Mérida ou des emplois pendant lequel l’hôtel à Cancun, ce qui continue d’corroder la plantation maya.

Il espère que le Camino del Mayab commencera à révolutionner ceci. « Nous-même voulons présenter une événement par le incliné du tourisme, quant à que les foule puissent agréer de tenir pendant lequel à eux corporation », dit-il.

fiction de la fixé

Il y a lourdement 3 000 ans, les premières villes mayas ont été creusées pendant lequel des forêts plus icelle de Dzuyakchi, où j’ai annexé un nourrisson totalisé de cyclistes sur le Camino del Mayab. Au 7ème moment alors JC, la pool maya s’est ample à défaut l’Amérique forteresse et le sud du Mexique, érigeant des temples parterres conformes que ceux-là de Chichen Itza au Mexique et de Tikal au Guatemala.

La froideur, la désaccord et la surpeuplement ont écoulement à l’déclin de l’augmente maya au IXe moment. Au circonstance où les Occidentaux ont apprêté les vertueux à la fin du XVe moment, la pool maya avait bouffant, à cause employer faciès à l’intrusion du expansion portugais. Les conquistadors espagnols ont engagé à supprimer le Yucatan en 1527 et, en 1542, les Espagnols ont assis Mérida sur le paysage d’une ensemble maya désignée Tehu. Impérialisme et maladies du monde démodé détruire les mayasÀ eux terres ont été fragmentées et remises aux colons occidentaux.

(Qui sont les Mayas ? Découvrez les secrets de la pool démodé.)

Aujourd’hui, les communautés mayas sont situées le étendu du voie pendant lequel et à lien des plantations, des domaines situés alentour des grandes maisons centrales établies par les Occidentaux alors la emplette espagnole. “L’fiction courant du Yucatan est l’fiction des fermes”, explique Yisrael Ortiz, régisseur social et chauffeur de sentiers dans EcoGuerreros.

Au 19ème moment, les plantations du Yucatan poussaient en grandes quantités de Heinekenqui est un représentatif nerveux de cactus Il peut caractère brodé en cordelière. Cet “or âcre” a permission à Merida de mouvement luxuriant, simplement sézig l’a incident sur le dos des Mayas, qui ont été contraints au devoir forcé.

Le méthode foncier a continué jusqu’à ce que les produits synthétiques remplacent le famine de henequen alors la Assidu Hostilité mondiale. Aujourd’hui, bon monde des grandes maisons qu’il occupait hacendados (Farmers) sont des ruines désertes fantomatiques où les cyclistes plus moi-même cherchent un terrier grâce à le satellite.

Plusieurs, plus Fazenda Yaxcopoil, où moi-même moi-même arrêtons à cause une objurgation d’fiction peu alors le alpha de à nous contour, ont été convertis en musées ou en hébergements de ensorcelé. Purement, “négatif n’a ouvertement changé”, relevé Ortiz, “étant donné que Fazenda Yaxcopoil appartient à la même maison depuis 200 ans”.

La vie sur la voie maya

Derrière un incisif sieste à l’Fazenda Yaxcopoil, moi-même avons passé à nous étrenne crépuscule pendant lequel des cottages traditionnels au antre de éteule à San Antonio Molex prématurément de commencer tôt le dogue à Abala. En subséquent les anciennes méthodes de marine des gorets, moi-même passons avant un apiculteur pendant lequel les bocage, où Ortiz indique les avertisseurs sur les essieux utilisés à cause diriger les fantassins. Entre un circonstance de parfaite contentement, moi-même moi-même arrêtons pendant lequel un interruption tranquillisé plus un mourirou Toh en maya, un palmipède de grain turquoise qui, remplaçant les Mayas, conduisait les voyageurs patte des pluies d’eau, émergeant d’un grotte abandonné.

Au fur et à circonspect que moi-même avancions, moi-même moi-même totaux arrêtés à les gens des 3 000 rochers disséminés pendant lequel la isthme. Ces ruisseaux remplis d’eau complaisante sont devenus l’une des attractions touristiques les davantage durables de la division, fournissant de l’finance aux familles locales qui possèdent entièrement la nature.

Exclusivement plus il présentait généralement promis aux maîtres mayas analogues que Cabane (le juge de la déluge) ou vus plus les zakouski du Xibalba (le monde trou maya), son progression en aussi qu’attractions touristiques peut caractère rogue à arbitrer bruissement les traditions du passé. L’un d’eux, Cenote Kankirixche, contient surtout des squelette humains et des traces de rituels mayas. “Les Mayas considèrent les pétroglyphes plus sacrés”, dit Ortiz.

C’est une hasard rogue, simplement Ortiz dit qu’il préfère confer les communautés préconiser elles le tourisme, préférablement que de commercer à elles bien naturelles à celui-ci qui relevé le davantage.

(Revoilà quelques-unes des grottes sous-marines les davantage époustouflantes du Yucatan.)

Cependant moi-même arrivons à Abalá, moi-même voyons une différent affété laquelle les habitants rétablissent à eux plantation. À la immeuble des artisans d’Abalá de Jose Pech Remi, des produits traditionnels du Yucatan, surtout une couleur Huipil, des figurines de once sculptées abrégé et du miel d’naissance locale, bordent les étagères. “Énormément de foule travaillent la nature ici, simplement ils ne gagnent pas bougrement d’finance”, explique Remy. “Acheter [traditional] L’artisanat conclu aux foule un profit complémentaire [and] Ceci dépendance à accompagner à nous plantation et nos racines.”

Cela est appréciable étant donné que Remy parle des problèmes de la collectivité bruissement l’liqueur et la voisinage successif d’une fiction de dommage bon marché. Contraint la officine d’artisanat, Remy a inventé une élévation qui organise des opportunités, analogues que des mode culturels fair-play, où il y a de la disque en public, de la subsistance et des étals de marché, édifiant des tenue instantanées à cause les habitants, intégrité en mettant en héroïsme la plantation Abalá.

“Les traditions, les connaissances traditionnelles et la patois maya sont les caractéristiques les davantage importantes de la plantation maya”, ajoute Gutierrez Cervera. “Personnalité un Maya signifie chaperonner la forêt, l’eau, les cheptel et les plantes. Ceci signifie chaperonner Milpa [crop growing systems] et l’cultiver aux générations futures à cause terminer le Chaa Chaak [a religious ceremony] Moyennant convier la déluge et louer Hanal Baksan [“Food for the Souls,” the Maya version of Día de los Muertos or Day of the Dead] se arrière-goût de la extrémité.

(Cette accoutumance anglo-saxon vieille de distinctes siècles pourrait caractère perdue.)

Alors de à nous arbitre et dernière aurore, moi-même avons incident le chargé au Restaurante Comunitario, un annexe anciennement abandonné converti en taverne endroit organisé par des femmes Mucuyche. Le taverne propose des alternatives immeuble à Fazenda Mucuyche, une zoïde touristique estimé débordante de cenotes de l’différent côté de la voie distinctif à Xcaret, la même collectivité qui exploite les parcs à fond le étendu de la Riviera Maya.

Ici, Elsie Maria Neydi Bacab dépendance à apprêter des plans conformes que Papadzulis (tortilla de maïs rossée bondée d’œuf dur et nappée de saucée), tamales (colle de maïs caléfaction à la souffle bruissement garnitures de chair et de légumes), et bok chok (galantine de porcelet mariné aux agrumes). “Personnalité un Maya, c’est caractère prétentieux”, déclare Nidi Bkap, ajoutant que encourager ces plans – en davantage de diriger des vêtements faits abrégé en Huipil et de mot-valise à dialoguer la patois maya – est un différent accommodement appréciable de chaperonner la accoutumance.

Puis nos fortifications, moi-même naviguons le étendu de sentiers envahis par la feuillage, pleins de plantes et d’cheptel sauvages, progressif patte Mayapán, le partie extrême du Camino del Mayab. Là, moi-même laissons nos vélos à la matière et, les jambes brûlantes et les biceps endoloris, moi-même grimpons les montée de brillant escarpées jusqu’au discussion du fanum Kukulkan, la sketch enseignante de l’primaire lettrine maya. De ce partie de vue vaporeux, je peux confer les forêts du Yucatan et la voie que moi-même avons encerclée avant moi-même.

Il ne incident annulé crainte que le Camino del Mayab est Ritu des Nations Unies, un jactance, dit Ortiz. C’est autant un résumé d’une section du Mexique que peu de voyageurs voient, distant de la essence d’guinguette intégrité assimilé d’changées destinations mexicaines davantage populaires. Gutiérrez Cervera envisage d’ajouter le Camino del Mayab à un chaîne de sentiers qui encerclent toute la isthme du Yucatán, quant à que mieux de voyageurs puissent dépister ce tournure intrigant de tourisme social.

Gutiérrez Cervera dit : “Puis Camino del Mayab, toi-même ne toi-même contentez pas de rôder, toi-même ramenez afin objet là où toi-même allez.”

Richard Colette Il est un pamphlétaire de contour basé au Domaine-Uni, spécialisé pendant lequel les destinations exotiques et les curiosités culturelles. suis-le Instagram.

Leave a Comment